samedi 5 mars 2016

CRIME CONTRE L 'HUMANITÉ EN FRANCE


                        http://dbabou.blogspot.com
CITOYENS CIBLÉS ET GRAVES VIOLATIONS DES DROITS DE L'HOMME

 HORRIBLE CRIME au sein même de notre domicile (LOGEMENT FAMILIAL ) !!! Les rayonnements très puissants et très dangereux notamment pour la vue qui reste "cible prioritaire" ,n'épargnant enfant comme  adulte  de maniéré générale ,proviennent dans ce cas précis  de la région  fenêtre de notre cuisine donnant sur l'extérieur... Comme on peut le constater sur cette vidéo .Cet épisode est la continuité d'un crime contre l'humanité dont je suis victime avec ma famille depuis sept années consécutives(24/24). 
De par ces rayonnements électromagnétiques continus et toxiques (laser,micro-ondes, inhalations de gaz toxiques 24h/24...) dont je fais abusivement l'objet  au sein de notre lieu de vie ,ma fille âgée de sept ans fut atteinte il y a peu de temps  d'une tumeur au cerveau .Et ce ,en dépit d'un cri d'alarme lancé sur ce même blog et d'une   réponse encourageante  du  Premier ministre affichée plus bas.

Djaffer BABOU ( Victime successivement par produits chimiques, tortures mutilantes par armes électromagnétiques, inhalations toxiques à répétitions, nanos implants  disséminés  en diverses et nombreuses parties du corps ,slow kill... ).

vendredi 6 novembre 2015

Ex-CIA and MI5 Agent and Whistleblower Carl Clark Reveals Covert Electromagnetic Torture of Civilians by Intel Agencies in US/UK/Europe/Asia with Directed Energy “Non-Lethal” Neuroweapons



(Text of interview re-posted with thanks from Stopeg.com and Rudy2’s Multilingual blog–links below.)ECC-cover of Torture, Asian and Global Perspectives
In my quest to post information of note relating to the ongoing and blatant global holocaust of covert persecution and assault of innocent and ethical civilians and veterans (“Targeted Individuals”) with ElectroMagnetic Radiation (EMR) Neuroweapons, Scalar Weapons, Sonic Weapons, Directed Energy Weapons, wrongfully-named “Non-Lethal” Weapons, and all other misnomers for what Tim Rifat rightfully calls “a fearsome array of mind control weapons” possessed and used today by unscrupulous governments, militaries, and Intel agencies, I am re-posting in excerpt this extraordinary 2010 whistleblower testimony interview with ex-agent Carl Clark of Norfolk, England, who worked with Secret Services in many countries in Europe, Asia, and the US, including the CIA, Mossad, MI5, and others.
raum and zeitIn this interview he reveals his experience and thoughts on the subject of covert electromagnetic torture of civilians, whether political dissidents or not, by American, British, European, and Israeli Intelligence agencies, surveillance and harassment activities in which he participated once as an employee, and which he experienced himself on his person after he left the Services.
This interview appeared in the German magazine Raum & Zeit, 4/2010, and is posted here in text form from Rudy2’s Multilingual blog; the pdf is linked from StopEg.com,with thanks to both; the translation from German to English is noted on the pdf as byCyborg Nicholson on PeacePink.
*****************
From the start of the interview:
Interview with Carl Clark, Norfolk, England.
Armin Gross: Matters related to the secret services are usually not disclosed. You want to bring them out in the open though. Who did you work for?
Carl Clark: I worked freelance from 1980 to 2003 for various secret services. I worked for the American Central Intelligence Agency (CIA) up to 1997. I then worked for the Israeli Secret Services, Mossad and for the Anti-Defamation League (ADL), a US organisation against discrimination and defamation of Jews.  I was also employed by MI 5, a subgroup of the British Secret Services.  I later moved to the Police Secret Services as well as to the secret services of an investigation laboratory.  I was deployed in European operations in Paris, Zurich, Berlin, Dusseldorf, Munich, Madrid, Lyon, Bilbao and Moscow.
Armin Gross: What were your main assignments?
Carl Clark: An important assignment was to infiltrate certain groups to obtain inside information about them. I would join certain groups, make friends with some of the members and then proceed to ruin their lives.
Armin Gross: What kind of groups were they?
Carl Clark: First and foremost criminal gangs and drug cartels.  I provided information about the National Front, Nazis or skinheads to Israeli Secret Services. What they were interested in were names, addresses, meeting places, projects and objectives. I tracked individual targets for the CIA.
****************************
From the section on Microwave Weapons onward:
MICROWAVE WEAPONS
Armin Gross: Did you also use such weapons?
Carl Clark: No. I was responsible for surveillance. Colleagues from special departments did this. However, I was at times on site when these weapons were deployed.
Armin Gross: Can you describe in more detail how the deployment of weapons took place?
Carl Clark: It’s a bit like what takes place in a science fiction movie. People can be tracked anywhere by radar, satellite, a base station and complimentary computer programs. For example, three radar devices would sometimes be positioned in the vicinity of the target.  The radar emits electromagnetic waves, some of which pick up the target and the result is then evaluated. My friends who work in the special department could then follow the target all day on their computers. This form of localising the target made it easy to deploy the weapons accurately. My colleagues could see exactly where to aim and also observe how the target reacted.
Armin Gross: What effect did the weapons have on the targets?
Carl Clark: They create heat, inner burns, pain, nausea, fear. Sometimes traces are left on the skin, but mostly not.  If the targets go to the doctor, they get told everything is OK. Take into account, this was the situation ten years ago. This technology has advanced considerably since then.
Armin Gross: What is the objective of such attacks?
Carl Clark: The aim is to intimidate certain people, for example people who make a lot of noise. I myself was under attack for three years after opting out. I’m virtually sure that weapons were used against me in 2003/2004 which provoked strong aggression. I almost killed somebody on two occasions, once a neighbour who was a pleasant elderly lady.
ATTEMPTS TO DRIVE PEOPLE TO INSANITY
Armin Gross: Do you think it’s possible to directly influence feelings by weaponising electromagnetic rays?
Carl Clark: Without doubt. We know that living organism is sensitive to electromagnetic radiation. Elementary life processes within cells function by biogenic electromagnetic oscillation. Frequencies from the exterior can damage or change these processes. There have already been far-reaching attempts at influencing body, mind and soul through frequencies within the framework of military research. It’s possible to provoke fear, aggression, nervousness or forgetfulness in this way. In combination with other interventions, a target can be driven insane. For example, radiofrequency can be manipulated so that the target hears his own name on the radio or his computer shows his name time and again. Voices are also specifically transmitted to a target commenting on his activities.  For example, I heard a voice in the morning after getting up which said “Get up and injure somebody”.
Armin Gross: People are actually being driven to psychic extremes then?
Carl Clark: Yes, the undoubted goal is to have select people end up in psychiatric institutions. If a target seeks help by going to the police or to the doctor, they don’t get taken seriously.  Some doctors and hospitals actually work together with the Secret Services. Diagnostic directives permit a patient who feels persecuted or hears voices to be classified as schizophrenic.
Armin Gross: Hospitals cooperate with the Secret Services?
Carl Clark:  Yes, certainly. Large companies too. That’s why one lives dangerously if one carries out investigations on large companies.  The American State protects large companies like MacDonald’s, Coca-Cola and certain pharmaceutical enterprises. These companies also have FBI agents at their disposal for matters related to industrial espionage. The Freemasons who are widespread within the CIA also play a major role.
ENORMOUS SURVEILLANCE NET
Armin Gross: Do you know in which countries individuals are under surveillance and are being assaulted by energy weapons?
Carl Clark: The USA, Germany, China, North Korea, Russia, France and England, normally without the official knowledge of the particular government. But unofficially, I believe that government personnel must be involved in some way or know something about the goings-on.
Armin Gross: Do you know how many people are under surveillance?
Carl Clark: There are about 5,000 in England under surveillance and about 15,000 overseeing the operation. Apart from the large Secret Service agencies, there are 300 or 400 minor Secret Service agencies which were formed by former policemen or former Secret Service agents. They have permission from the Home Office to spy, take photographs and procure information. Their employees are well paid.
Armin Gross:  Was it a problem for you to switch from one Secret Service agency to another?
Carl Clark: No. It was always a positive move from my new employer’s viewpoint as I could always provide information to him about my previous Secret Service agency. The large Secret Service agencies mistrust each other totally. I earned more money as a result.
OPTING OUT
Armin Gross: Why did you opt out?
Carl Clark: I saw that what I was doing was wrong. The last two targets that were allocated to me had done nothing. They were not political, quite normal, nice people, not criminal or economically dangerous. The only reason I could come up with for them having been selected as targets was their DNA or their blood.  There has recently been a lot of research done in this area. The DNA is associated with the finest details of our character. The Human Genomes Project between 1993 and 2004 analyzed all chemical base pairs which make up human DNA, also collecting the genetic data of people from isolated communities in danger of extinction (Human Genomes Diversity Project).  The results were then all compared and correlated. Our employers were always very keen on DNA analyses of the people under surveillance. It was always one of our most important tasks in the initial period of surveillance to organize DNA or blood analyses of these individuals.
*********************
Please visit Rudy2’s Multilingual Blog for the entire text of the interview, and also for translations in different languages, including French, Italian, and Spanish. Or visitStopeg.com for the pdf of the translated interview.

mercredi 17 décembre 2014

Conférence sur le harcèlement occulte, tenue en novembre 2014 à Bruxelles. Les moyens de vaincre le secret entourant l'existence des technologies de contrôle mental.

Les moyens de vaincre le secret entourant l'existence des technologies
de contrôle mental.

Article de Mojmir Babáček
Traduction de Rudy Andria
www.rudy2.wordpress.com

Il existe depuis une dizaine d'années une tendance évidente de la
politique mondiale à placer la lutte pour le pouvoir au-dessus de la
lutte pour la démocratie. Cela peut s'illustrer par la situation
actuelle en Ukraine. Vous savez probablement que, lors des dernières
élections, la majorité des Ukrainiens de l'Est n'ont pas voté pour les
partis promouvant l'adhésion de l'Ukraine à l'Union Européenne.
Cependant, l'Union Européenne démocratique et les Etats-Unis
soutiennent la guerre démocratique des Ukrainiens occidentaux contre
leurs compatriotes de l'Est, tandis que la Russie démocratique
soutient les Ukrainiens de l'Est dans la guerre contre les Ukrainiens
de l'Ouest. N'est-ce pas la preuve que la démocratie dans le monde
contemporain n'est pas une priorité pour les élites au pouvoir et les
entités financières derrière eux?

La question de la classification des technologies de contrôle mental
fait partie de cette favorisation du pouvoir au détriment de la
démocratie. Il n'y aurait aucune raison de cacher des yeux du public
ces technologies, si nous devions vivre dans un monde où prévaudrait
la démocratie.

Le fait que les technologies de contrôle mental soient classées
secrètes est la raison pour laquelle les technologies en question
peuvent être utilisées sur des individus innocents. Dès lors que les
citoyens savent que leurs gouvernements sont en possession des
technologies en mesure de contrôler les fonctions mentales et
corporelles des citoyens, ces citoyens exigeraient l'interdiction
immédiate et contrôlable de ces technologies, et les gouvernements en
sont parfaitement conscients. Savoir que les gouvernements sont en
possession de ces technologies équivaut à savoir que la démocratie
n'existe plus. D'ailleurs, nos efforts pour diffuser, autour de nous,
des informations sur l'existence de ces technologies sont des efforts
pour sauvegarder la démocratie et la sauvegarde de la démocratie peut
également être définie comme un objectif de la présente conférence.

Pour les victimes de l'expérimentation de ces technologies, la mise au
secret de telles technologies est le principal obstacle qu'elles
rencontrent, dès lors qu'elles souhaitent recouvrer leur liberté et
récupérer leur bonne santé. Une fois que la technologie destinée au
contrôle à distance du système nerveux est déclassifiée, il ne
resterait plus qu'à obtenir une législation interdisant l'usage de ces
technologies, créer des équipes capables de mesurer et de détecter les
radiations nocives et en trouver les sources. Les victimes ciblées par
ces radiations seront en mesure d'exiger le contrôle de l'utilisation
de ces technologies sur leur personne et pourront ainsi mettre fin à
leur torture. Très peu d'individus, jusqu'ici, sont touchés par ces
radiations et, vu leur nombre dérisoire, ils n'ont aucune chance de
l'emporter dans le processus démocratique. C'est là que réside le
problème.

Il y a plusieurs façons d'attirer l'attention d'un grand nombre de
gens sur la question des technologies de contrôle mental et d'amener
les législateurs et les responsables gouvernementaux à oeuvrer pour
l'interdiction de l'utilisation des radiations contrôlant le
fonctionnement du système nerveux:

La première approche consiste à diffuser les preuves convaincantes de
l'existence des technologies de contrôle mental, par le canal
d'Internet. Un certain nombre d'expériences scientifiques ont été
publiées et prouvent que les micro-ondes pulsées peuvent produire des
effets sur le système nerveux, parmi lesquels des hallucinations
auditives et l'audition via micro-ondes. Cette preuve scientifique
peut être étayée par des informations des sitewebs des ministères de
la défense des pays de l'OTAN engagés dans le
développement des armes non létales, parmi lesquelles les armes à
radiofréquences agissant sur le système nerveux, comme il est indiqué
dans le rapport du Parlement Européen intitulé "Technologies de
Contrôle des Foules"
http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/etudes/stoa/2000/168394/DG-4-STOA_ET%282000%29168394_EN%28PAR02%29.pdf.

A titre d'exemple, nous pouvons lire sur le site du Ministère de la
Défense de la République Tchèque:. "Rayonnement électromagnétique à
hautes fréquences: il perturbe l'activité du cerveau et du système
nerveux central. L'effet est perçu par l'individu, à la fois comme une
insupportable et douloureuse sensation d'intense bourdonnement et un
grincement accompagné d'anxiété et de malaise, en fonction des
conditions et des paramètres précis du signal ". Afin de cacher cette
information à l'opinion publique tchèque, cet article, apparemment,
n'est plus accessible directement sur la page web du Ministère Tchèque
de la Défense, mais vous pouvez encore le trouver sur le site du
Ministère, dès lors que vous en connaissez l'adresse exacte
http://www.army.cz/scripts/detail.php?id=2212. Une autre preuve
démontrant qu'au moins certains gouvernements sont en possession des
technologies de contrôle mental peut être trouvée dans les actions
politiques visant soit l'interdiction des technologies de contrôle
mental soit l'usage militaire que l'on en fait.

Déjà, dans le cadre du Comité des Nations Unies en 1986, la Russie a
proposé l'interdiction des armes à hautes fréquences, qu'elle
considérait comme des armes de destruction massive. Seuls les
Etats-Unis ont voté contre . Les armes n'ont donc pas été interdites.
En 1998, la Russie a adressé aux Nations Unies, à l'OSCE et au Conseil
de l'Europe, une proposition pour une convention internationale
interdisant le développement et l'utilisation des armes d'information.
Jusqu'à cette date-là, il a été présenté au Parlement Russe quatre
projets de loi proposant l'interdiction des technologies de contrôle
mental. Il y eut une coopération entre l'Union Européenne et la
Russie, l'année suivante et en 1999, le Parlement Européen a adopté la
résolution visant à interdire la manipulation des êtres humains. La
Russie et l'Union Européenne, de toute évidence, ont uni leurs
efforts, afin d'empêcher la progression du système américain HAARP qui
peut, apparemment, être utilisé pour manipuler le système nerveux de
populations entières. Il semble donc assez clair que la convention
interdisant le développement et l'utilisation des armes d'information,
une fois de plus, n'a pas été signée, en raison de la réticence des
Etats-Unis. Bien au contraire, ils ont réussi à
convaincre les pays de l'Union Européenne d'accepter le développement
des armes non létales, dans leurs doctrines militaires et à abandonner
leurs efforts visant à interdire les technologies de contrôle mental.
En 2001, Dennis J. Kucinich s'opposa à la décision du gouvernement
américain de maintenir leurs technologies de contrôle mental et
présenta au Congrès Américain le projet de loi sur la Préservation de
l'Espace exigeant, entre autres, l'interdiction de ces technologies.
Cependant, ses efforts n'ont pas duré longtemps. Après le long silence
sur la question, en 2012 la Russie, face au danger que ses armes
nucléaires ne présenteront plus une menace pour les Etats-Unis, a
choisi d'opter pour la ligne d'action opposée et, de ce fait, le
ministre russe de la défense a déclaré que les armes psychotroniques
font partie du programme d'approvisionnement de l'Etat russe en armes,
pour la période allant de 2011 à 2020
http://en.rian.ru/mlitary_news/20120322/172332421.html.

Ces actions des gouvernements et des parlementaires, ainsi que les
publications scientifiques mentionnées plus haut, présentent des
preuves convaincantes de l'existence réelle de dispositifs permettant
la manipulation à distance des fonctions du corps humain et de
l'activité cérébrale.

Le problème réside dans le fait que si vous rassemblez ce type de
preuve et que si vous le publiez sur Internet, vu qu'aucun grand média
n'ose publier des renseignements classés secrets, votre publication
sur Internet se verra ciblée par les agences gouvernementales. En
guise d'exemple, à l'époque où j'ai publié l'article "How Far in the
Future is the Ban of Psychotronic Arms", les messages se rapportant à
ma page web internationale ont été bloqués sur Facebook, car
considérés comme spams et pareillement, sur Twitter comme "maliciels"
ou logiciels malveillants. Enfin, mes pages web relatives à ces
informations, aussi bien en langue tchèque qu'en langue anglaise, ont
été retirées d'Internet. Les services secrets occidentaux et surtout
américains, apparemment, n'ont pas souhaité qu'un événement comparable
au Printemps Arabe se produise également dans un contexte occidental.

Nous aurions besoin d'un travail systématique de dénonciation de tels
agissements des agences gouvernementales au public d'Internet. Cela
signifierait enregistrer avec une caméra les sites abritant ces
informations, quand elles sont placées sur Internet et enregistrer
avec une caméra, quand elles ne sont plus disponibles ou lorsque les
références sont bloquées sur Facebook ou Twitter. Les videos prouvant
ces agissements des agences gouvernementales devraient ensuite être
placées avec la nouvelle adresse de la page web du texte en question
sur YouTube et toute l'histoire doit être décrite dans des articles
publiés sur Internet. Pour éviter une répression de la part des
agences de l'Etat, cette tâche devrait être effectuée non pas par une
seule personne, mais par tout un groupe. Ce serait le moyen de faire
prendre conscience à un grand nombre de gens que les services de
l'Etat leur dissimulent leur possession de technologies permettant le
contrôle à distance de l'esprit et du corps humain. Si vous souhaitez
prendre part à une telle action, veuillez m'écrire à l'adresse
mbabacek@czin.eu.

La deuxième façon de lutter contre le secret entourant les armes
destinées au contrôle à distance du système nerveux est d'informer les
parlementaires de l'existence de ces technologies. La plupart d'entre
eux n'ont pas, apparemment, les habilitations de sécurité pour obtenir
ce genre d'information. J'ai discuté avec deux membres du Parlement
Tchèque, et, de toute évidence, aucun d'entre eux n'était au courant
de la possibilité de contrôler à distance le fonctionnement du système
nerveux. N'étant donc pas au courant de l'existence des technologies
de contrôle mental, ils ne voient pas l'intérêt ni l'obligation
d'interdire leur utilisation. Quoi qu'il en soit, nous savons que les
parlementaires ne se soucient guère des questions auxquelles le grand
public
lui-même n'attache pas d'importance. Par conséquent, la pression du
public pour l'interdiction des technologies de contrôle mental est
nécessaire pour que les députés se sentent obligés de tendre vers cet
objectif. Les députés doivent être sollicités individuellement, nous
devons nous assurer qu'ils ont reçu les informations et les citoyens
doivent savoir quels députés ont été informés. Encore une fois, cela
ne pourrait être exécuté que par un groupe de gens et c'est ce même
groupe qui devrait s'efforcer d'informer le grand public. Une liste
consacrée strictement à cette tâche doit être établie sur Internet.

La troisième façon d'amener les gouvernements et les organes
législatifs à adopter une loi interdisant les technologies de contrôle
mental et à créer des équipes capables de détecter les rayonnements
nocifs est de présenter la preuve de la faisabilité de ces
technologies aux cours constitutionnelles et de leur demander de
proposer l'interdiction vérifiable de tout développement, possession
et utilisation des technologies qui permettent la manipulation à
distance du système nerveux. Le problème est que les cours
constitutionnelles ne sont généralement pas autorisées à proposer de
nouvelles législations. En République Tchèque, la Cour
Constitutionnelle n'a pas ce droit jusqu'à présent. La seule chose à
faire est de déposer une plainte devant le tribunal civil et s'ils
refusent cette action, en contester la décision auprès de la cour
constitutionnelle. Le problème est que, pour déposer une plainte
significative, nous avons besoin d'une preuve irrévocable. Il est à
espérer que cette preuve peut être obtenue, grâce à l'utilisation de
divers dispositifs de détection.

Une preuve irrévocable est une preuve obtenue d'une manière
scientifique. La plupart des détecteurs disponibles sur le marché
peuvent détecter des fréquences allant jusqu'à 8 GHz. La plupart des
scientifiques qui effectuent des expérimentations sur les effets de
radiations micro-ondes pulsées sur le cerveau humain en sont venus à
la conclusion que les fréquences porteuses de micro-ondes supérieures
à 3 GHz n'ont pas d'effets. La raison en est que plus la fréquence des
micro-ondes est élevée, plus elle est absorbée dans le tissu humain.
C'est pour cela qu'elle ne va pas assez profondément dans le cerveau
pour y produire des effets. Il y a, malgé tout, des fenêtres pour des
fréquences supérieures à 3 GHz, où les ondes électromagnétiques iront
assez profondément dans les tissus du cerveau pour produire des effets
sur le système nerveux. Parmi ces fréquences, il y a celles de la
lumière rouge et de la lumière du proche infrarouge (PIR). La lumière
rouge de 620 à 750 nanomètres de longueur d'onde va jusqu'à une
profondeur d'environ 1 cm dans le tissu du cerveau et est en mesure
d'affecter environ un quart de la matière grise du cerveau. La lumière
du proche infrarouge (PIR) avec des longueurs d'onde de 700 à 800
nanomètres vont normalement jusqu'à une profondeur de 3 à 4
centimètres dans le tissu (http://www.nirtherapy.com/penetration.php),
mais quand la forme géométrique des ondes de la lumière du proche
infrarouge est modifiée, cette lumière peut être amenée à aller à une
profondeur de 20 centimètres dans le tissu humain. La pénétration de
la lumière rouge et de la lumière du proche infrarouge dans le tissu
humain s'explique par le fait que la longueur d'onde moyenne de
l'activité du tissu de la cellule dans le corps humain est comprise
entre 600 nanomètres et 720 nanomètres
(http://www.elixa.com/light/healing.htm). Ils correspondent aux
fréquences de la lumière rouge et de la lumière infrarouge. Il y a des
études suggérant la capacité de la lumière du proche infrarouge à
affecter l'activité des fibres nerveuses.
Http://www.revitavet.com/CaseStudies/MechanismsActionInfraredLightTissueHealing.pdf
(p. 6).

Pour que le système nerveux humain soit plus susceptible d'être
contrôlé par des fréquences pulsées de lumière, aucune puce n'est
nécessaire. Les scientifiques ont développé des virus qui peuvent
rendre les neurones plus susceptibles de réagir à des
fréquences pulsées de lumière.
(http://www.realclearscience.com/blog/2014/01/optogenetics_the_physics_of_mind_control_108437.html).

Donc, pour que le système nerveux d'un individu puisse être manipulé,
il suffit de faire manger à cet individu des aliments contaminés ou de
lui faire faire un vaccin. Juste deux exemples: l'un des pionniers de
cette recherche, Gero Miesenbock, coupa la tête d'une mouche, puis
utilisa la lumière pulsée pour obliger son corps à voler et,
effectivement, le corps se mit à voler (http://www.sciam.cz/files
/vydani/SA_03_2010/brezen_2010_rozsveceni_mozku.pdf). Un autre, Carl
Diesenroth, fit courir une souris et ne lui fit prendre que des
virages à gauche, en utilisant la lumière pulsée
(http://www.youtube.com/watch?v=88TVQZUfYGw).

Cependant, la lumière rouge et la lumière du proche infrarouge (PIR)
ne passent pas à travers les murs et autres obstacles optiques
(http://paginas.fe.up.pt/~ee05005/tese/arquivos/wireless_ir_com.pdf)
et, pour cette raison, elles ne peuvent pas être utilisées pour la
manipulation continue du système nerveux humain. La lumière rouge est
également visible et peut être détectée assez facilement. On peut donc
se demander si les mêmes virus qui peuvent amener des neurones à
réagir à la lumière peuvent amener ces neurones à réagir à des
fréquences micro-ondes de 100 mégahertz à 3 Gigahertz, qui pénètrent
dans le cerveau humain. Si cela ne peut être fait, la science
contemporaine n'a certainement pas de problème pour développer des
virus qui puissent amener les neurones à réagir à des fréquences micro-ondes.

Les fréquences de la lumière du proche infrarouge invisible peuvent
être détectées par des détecteurs spéciaux
(http://www.gigahertz-optik.de/272-0-RW-3702.html). On peut alors se
demander si les formes d'ondes de fréquences supérieures à 3 GHz ne
pourraient pas être trafiquées jusqu'à les faire entrer dans le tissu
humain. Les
détecteurs de fréquences utilisés par l'OTAN (20-40 GHz) peuvent être
trouvés sur Internet
(http://www.bestbuy.com/site/whistler-laser-radar-detector-black-black/1307396490.p?id=mp1307396490&skuId=1307396490
).

Quoi qu'il en soit, de nombreuses expériences, avec les périphériques
disponibles, doivent être effectuées, lors de la recherche de preuve
de l'utilisation des fréquences de micro-ondes pulsées sur les êtres
humains, fréquences appelées "psychoactives". Si de telles preuves se
confirment, il faudrait les présenter aux médias et aux tribunaux. Ces
preuves devraient être une raison suffisante, pour exiger un projet de
loi prohibant la possession et l'utilisation des technologies de
contrôle mental aussi bien par des particuliers que par des organismes
gouvernementaux. Il est évident que les médias ainsi que les tribunaux
vont vouloir vérifier ces éléments de preuve dans les laboratoires
scientifiques. Pour cela, il est nécessaire de demander aux
laboratoires scientifiques de vérifier ces preuves, avant
même qu'elles ne soient présentées à la presse ou aux tribunaux. Les
scientifiques sont fort serviables, lorsqu'ils ont affaire à des
preuves sur vidéo convaincantes. Ils devraient être bien disposés à
les vérifier avec leurs instruments de précision.

Mais qu'est-ce qu'on entend par "preuves convaincantes"?. Selon divers
rapports, la densité de puissance du rayonnement électromagnétique
dans les villes, la plupart du temps ne dépasse pas 5 microwatts par
centimètre carré. Cependant, il arrive que, dans une ville indienne,
la mesure atteigne 1 MW par centimètre carré. La plupart des
scientifiques, qui ont effectué des expériences avec les effets des
micro-ondes sur l'organisme humain, conviennent que la densité de
puissance nécessaire ne dépasse pas 10 microwatts par centimètre
carré. Dans l'expérience de Frey avec l'effet d'audition par
micro-ondes, la densité de puissance moyenne pour les différentes
fréquences et les largeurs d'impulsion a varié de 0,4 microwatts par
centimètre carré à 7,1 milliwatt par centimètre carré. Dans les
expériences de Ross Adey avec l'efflux (ou écoulement) de calcium dans
le système nerveux, l'efflux s'est produit uniquement dans la gamme de
densité de puissance de 0,1 à 1 mW par centimètre carré. Adey obtenait
les meilleurs résultats dans d'autres unités, lors de l'utilisation du
champ électromagnétique de 10 V par mètre et 56 V par mètre. Étant
donné que la densité de puissance des fréquences de contrôle mental
est proche du smog électromagnétique à l'intérieur des villes, il est
conseillé de prendre les mesures de la densité de puissance en-dehors
des villes. Les mesures doivent être prises, le plus loin possible des
antennes de téléphone cellulaire, loin également des lignes
électriques, sous lesquelles l'intensité du champ électromagnétique
peut atteindre 100 V par mètre et aussi loin que possible des lignes
électriques à haute tension, sous lesquelles l'intensité du champ
électromagnétique peut atteindre 10,000 V par mètre. Il faudrait que
la distance entre l'individu dont on prend les mesures et l'individu
prenant les mesures permette à ce dernier de voir sur caméra-video si
la densité de puissance augmente, au fur et à mesure que l'individu
dont il prend les mesures s'approche. L'expérience devrait être
répétée plusieurs fois.

Il est possible de trouver sur Internet le détecteur de radiations
électromagnétique DT-1180 pour $ 21. Il mesure, d'une part,
l'intensité des champs électromagnétiques à des fréquences allant de 5
Hz à 400 kHz (avec une précision de 1 Volt par mètre) et, d'autre
part, la densité de puissance des champs électromagnétiques à des
fréquences allant de 300 Megahertz à 2000 mégahertz (2 Gigahertz) avec
une précision de 1 microwatt par centimètre carré.

Quant aux compteurs de fréquences, il est pratiquement impossible de
trouver des preuves d'existence de micropuces, aussi bien à
l'intérieur qu'à l'extérieur des villes, en raison de la forte
présence d'ondes électromagnétiques dans notre environnement moderne.
Mais il existe des grottes ou d'anciennes mines accessibles au public,
où les ondes électromagnétiques des fréquences micro-ondes ne
pénètrent pas. Le personnel de ces sites ne s'oppose pas à la prise de
mesures dans leurs installations.

Si la puce ne reçoit pas son énergie à partir de l'antenne extérieure,
elle devrait fonctionner, même quand elle est dans la grotte ou dans
la mine. Elle doit être mesurée par le compteur de fréquences (le
compteur de fréquences Aceco FC-6002 Mk2 enregistrant des fréquences
allant jusqu'à 6 gigahertz peut être acheté, au prix de 149 euros)
ainsi que par un dispositif mesurant la densité de puissance. Les
mesures devraient être enregistrées sur la caméra. Elles devraient
être répétées au même endroit, en l'absence de la personne dont on
prend les mesures et sur une personne qui ne se déclare pas ciblée par
des radiations de contrôle du cerveau, puis devraient être
répétées plusieurs fois devant la caméra. Les enregistrements vidéo
doivent être ensuite présentés aux scientifiques qui ont accès à des
salles électromagnétiques blindées et il faudrait les inviter à
vérifier la présence de la puce avec leur équipement. La preuve
scientifique devrait être ensuite présentée aux médias et aux
tribunaux. (Par souci d'économie, on pourrait commencer uniquement
avec le détecteur de radiations électromagnétiques). Si vous trouvez
cette preuve, veuillez me le faire savoir à mon adresse e-mail
mbabacek@czin.eu .

Encore une expérience qui vaudrait la peine d'essayer, dans le cas où
l'on n'obtient aucun élément objectif. Essayez de vérifier jusqu'à
quel point l'expérience d'une personne qui prétend être ciblée
pourrait changer, lorsque le champ magnétique, dans lequel elle se
trouve, change. Lorsque Ross Adey a effectué ses expériences avec le
flux de calcium à partir de neurones, d'autres scientifiques ont
constaté qu' ils ont dû utiliser des fréquences d'impulsions de
micro-ondes différentes de celles de Ross Adey, afin d'obtenir les
mêmes résultats. Lors de la recherche des causes de ce phénomène, ils
ont découvert que ce sont les variations de l'intensité du champ
magnétique terrestre, à l'emplacement de leurs expériences, qui ont
été responsables des variations de fréquences d'impulsions efficaces
dans leurs expériences.

Enfin, Ross Adey a placé à côté d'un poulet quelques cerveaux, qu'il
utilisait avec une bobine de Helmholtz, laquelle bobine a coupé en
deux les champs magnétiques terrestres. Pour provoquer le flux de
calcium à partir de neurones, il avait besoin d'une fréquence de
micro-ondes pulsées de 30 Herz, au lieu de fréquences pulsées de 15
Herz. L'explication de ce phénomène est la résonance de cyclotron.
Pour cela, il serait important de voir si l'expérience d'une personne
ciblée pourrait changer, en présence d'un champ magnétique artificiel
puissant ou en présence de bobines de Helmholtz. Dans les années 70 du
siècle passé, les casques des sèche-cheveux produisaient des champs
magnétiques d'environ 30 Gauss. La force du champ magnétique terrestre
varie de 0,25 à 0,65 Gauss. Si les casques des sèche-cheveux actuels
continuaient de produire des champs magnétiques puissants, il serait
utile de vérifier si l'expérience d'une personne ciblée change, quand
elle sèche ses cheveux dans le casque (Sinon, il serait intéressant
d'acheter l'ancien casque) . Si l'expérience de plusieurs personnes
prétendant être ciblées pouvait changer, en raison du changement du
champ magnétique terrestre, ce serait une preuve irréfutable que ces
personnes sont soumises aux effets des radiations micro-ondes
pulsées et il ne resterait plus qu'à trouver la fréquence porteuse
utilisée contre ces personnes. (Si vous tentez cette expérience,
veuillez me faire savoir les résultats à mon adresse
mbabacek@czin.eu). Une autre façon de découvrir un champ magnétique
artificiel serait de subir un examen par résonance magnétique qui dure
généralement plus d'une demi-heure. Solénoïde fonctionnerait ainsi.

Je crois qu'il devrait y avoir une liste sur Internet, dédiée
strictement à la recherche scientifique, qui se concentrerait sur la
possibilité de l'utilisation des ondes électromagnétiques pulsées
contre les êtres humains.

Il y a environ huit ans, j'ai trouvé sur Internet une proposition des
scientifiques chinois pour développer une communication directe de
cerveau à cerveau avec l'utilisation du concept de connexion non
locale d'electrons et de photons. Vous savez probablement que le
concept de la physique quantique stipule que, dès lors que deux
électrons ou photons se rencontrent, leurs réactions sont couplées,
peu importe à quelle distance de l'un de l'autre ils se trouvent.

Si l'on fait se rencontrer les photons et les électrons dans deux
cerveaux ou dans un cerveau et un ordinateur neuronal, il est tout à
fait possible que les deux cerveaux ou un cerveau et un ordinateur
neuronal soient unis. Comme nous l'avons vu lors de cette conférence,
il est possible de faire entrer la lumière du proche infrarouge (PIR)
jusqu'à 20 cm de profondeur dans le cerveau. Peut-être cela serait-il
un moyen d'amener les photons à se lier avec deux cerveaux et
d'établir l' interconnexion d'un cerveau avec l'autre cerveau ou bien
avec l'ordinateur simulant une activité cérébrale.

Je sais pertinemment que la détection d'un tel acte malveillant chez
un organisme gouvernemental est plutôt impossible, une fois qu'il est
fait. Je me demande si les armes utilisant des concepts physiques
inconnus, dont les Russes ont récemment annoncé le développement,
comprennent ce concept. La défense possible contre ce genre de
manipulation du cerveau humain pourrait être le remplacement de
photons dans le cerveau par de nouveaux photons, au moyen d'une longue
exposition à la lumière du proche infrarouge (PIR). Si quelqu'un tente
l'expérience, il serait utile d'amener le générateur de lumière du
proche infrarouge à générer la lumière à 20 cm de profondeur dans le
tissu (avec la forme d'onde ajustée). Celui qui en fait l'essai doit
s'assurer qu'il ne génère pas la lumière dans le proche infrarouge qui
réchauffe le tissu et qui pourrait nuire au cerveau. La lumière du
proche infrarouge réchauffe le tissu seulement à 0,2 degré Celsius. Si
quelqu'un essaie cette méthode, veuillez me le fairei savoir à mon
adresse e-mail mbabacek@czin.eu .

Pour conclure, je tiens à souligner une fois de plus que, en ce monde
moderne, avec les incroyables progrès de la science et de la
technologie, l'interdiction d'accéder au cerveau humain avec divers
radiations, de la part des gouvernements ou des organismes ou des
individus malveillants, devrait être intégrée dans la constitution de
tous les pays du monde. Sinon, ce serait la destruction des concepts
d'indépendance de l'être humain et de la démocratie.

Aujourd'hui, l'obstacle majeur pour atteindre cet objectif est la
lutte que mènent les Etats-Unis ainsi que leurs entreprises et élites
financières, pour atteindre la puissance mondiale, au lieu de partager
cet objectif avec la Russie, l'Union Européenne, et avec d'autres pays
démocratiques ainsi que la Chine. Si le monde humain est censé avoir
un avenir humaniste et démocratique, il faut qu'il soit mis fin à la
lutte pour la domination du monde par les gouvernements.

Article de Mojmir Babacek
Traduit de l'anglais par Rudy Andria
www.rudy2.wordpress.com
Zone contenant les pièces jointes
Prévisualiser la vidéo YouTube Karl Deisseroth - Thy-1::ChR2-EYFP Mouse

Karl Deisseroth - Thy-1::ChR2-EYFP Mouse

Cliquez ici pour Répondre, Répondre à tous ou Transférer le message.

dimanche 16 novembre 2014

http://covertharassmentconference.com/home#

+ Obtenir ce Widget


COVERT HARASSMENT CONFERENCE 2014
BRUSSELS, 20 NOVEMBER 2014
EUROPEAN CONFERENCE ON COVERT HARASSMENT OF CIVILIANS 2014
Star Wars weapons are being used today
We are very proud to announce our first conference on covert harassment. The conference is the first of an annual human rights conference with the aim to create awareness on the covert harassment of civilians. Not only whistle blowers, activists and political opponents are targeted, but also thousands of innocent civilians are subjected to non-consensual testing and mind control experimentation by a myriad of non-lethal weapons and covert community harassment by government and non-government agencies. The conference addresses these issues on individual and global scale, and is also about trying to find solutions for all those targeted, which soon will be all children of our world.

News:
11 November 2014: The programme is more or less final
5 November 2014: Press release Covert Harassment Conference
29 October 2014: Background information in Polish
18 October 2014: John Allman to speak at the conference
10 October 2014: Magnus Olsson announces NSA whistleblower William Binney speaking at the Covert Harassment Conference!
9 October 2014: Buy your tickets online
3 October 2014: Download the promotion documents

BACKGROUND INFORMATION
Read more about the conference in English, Francais (French), Deutsch (German), Nederlands (Dutch), česky (Czech), Polski (Polish).

WHO SHOULD ATTEND
Everyone concerned with the direction our world is going to. Especially politicians, journalists, human rights organizations and activists, lawyers, police and military personnel, doctors and psychiatrists should not miss this conference. And of course we hope to welcome many victims of these crimes joined by friends and/or family members.

AIMS OF THE CONFERENCE
The aims of the Covert Harassment Conference 2014:
  • To challenge general ignorance, governments denial and mainstream media silence regarding the development and existence of the sophisticated spectrum of harassment methodologies and bio-electromagnetic technology (a.k.a. mind-control technology), capable of not only influencing the human body, behaviour, emotions and cognitive processes, but also torturing and/or killing at the speed of light without leaving any evidence.
  • To raise awareness and inspire reflection among the public on these human rights violations committed non-consensually and covertly on innocent civilians.
  • To stimulate the debate at the European and world level, forming a basis for international legislation and policies addressing the use of remote technology weapons and/or methodologies, including: thought reading and thought control technologies, directed energy weapons (DEW), gang stalking (a.k.a. organized stalking) and ensuring citizens' protection.
  • To prompt recognition and acknowledgement of the stories of targeted individuals, instead of ignoring them and often labelling as 'crazy'.
  • To engender independent investigations into mind-control experimentation related crimes.
  • To encourage everybody to look for the solutions to protect citizens against the crimes committed with the use of these remote technology weapons and/or methodologies and diligently promote the care for victims of stalking crimes who have limited resources or avenues for a safe environment.

SPEAKERS
The following persons have already acknowledged to speak at the conference:
- Magnus Olsson - Director of EUCACH - European Coalition Against Covert Harassment
- Peter Mooring - Founder of STOPEG Foundation - STOP Electronic weapons and Gang stalking
- William Binney - NSA whistleblower
- Dr. Henning Witte - Founder of White TV, Sweden's first uncontrolled medium
- Dr. Rauni Kilde - Medical specialist and advisor
- Mojmír Babáček - Writer, Czech Republic
- Alfred Lambremont Webre, MA, JD - Active with human rights and social justice
- John Allman - Founder of Christians Against Mental Slavery/BanMindWeapons.org

More to be added ... All speakers

PROGRAMME
The program is being finalized at the moment. Please see Programme.

ORGANIZATION
The Covert Harassment Conference 2014 is organized by:

European Coalition
Against
Covert Harassment
(EUCACH)
EUCACH www.eucach.org
STOPEG Foundation
(STOP Electronic weapons
and
Gang stalking)
STOPEG www.stopeg.com



TI-EVENT-2014
The conference is part of the TI-EVENT-2014, a single day event to bring together the targeted individuals from all over Europe. It aims at creating more awareness on the covert crimes committed against them and humanity.
Go to the TI-EVENT-2014 website >
Conference speakers
Magnus Olsson
Economics at Cesar Ritz in Switzerland, American University of Paris and Harvard, Boston, USA.
More > Peter Mooring
Electronics and Computer Architecture at Delft University of Technology, The Netherlands.
More > William Binney
NSA whistleblower. Former employee of NSA, Consultant to US government intelligence agencies including CIA, NRO, Homeland Security.
More > Dr. Henning Witte
Law School at Munich, Uppsala (Sweden) and Bonn. Dr. of law at Frankfurt University, Germany.
More > Dr. Rauni Kilde
Former acting director of ENVIRONMENTAL Health and Health education of National Institute of Health of Finland in Helsinki and govt. of Finlands representative in WHO Geneva
More > Mojmír Babáček
Philosophy and Economy at Charles University in Prag. Writer, Czech Republic.
More > Alfred Lambremont Webre, MA, JD
Yale University, Yale Law School international law. NGO delegate United Nations.
More > John Allman
Open University Mathematics and Science, Software development, Post-graduate Diploma in Law.
More > More to be added ... All speakers
STAY UP TO DATE
Enter your email address and receive notifications on progress and changes.

Facebook

Recent visits
France
United States
United Kingdom
Sweden
Russia
Denmark
Germany
Norway
Netherlands
Australia
China
Ireland
Vietnam
Spain
Japan
Czech Republic
Romania
Hong Kong
Poland
Italy
Ukraine
Sri Lanka
Donate
While you are here please consider making a donation for a better world. Thank you. - Donate to EUCACH >
- Donate to STOPEG >

dimanche 21 septembre 2014

LETTRE DU DR. JOHN HALL : PÉTITION AU PARLEMENT EUROPEEN AFIN D' INTERDIRE LES EXPERIMENTATIONS NON CONSENSUELLES SUR DES HUMAINS AVEC ARMES ELECTROMAGNETIQUES

 

Google Traduction

EXPÉRIMENTATION non consensuelle AVEC armes électromagnétiques
Dr John R. Hall, D.O.
5282 Drive Medical # 200, San Antonio, Texas 78229, États-Unis
tél: 210-614-6432
e-mail: halldr@hotmail.com
http://www.satweapons.com, www.drjohnrhall.com
15 mai 2014
À qui cela concerne:
Je vous écris au nom des victimes à la fois aux États-Unis et à l'étranger. Comme vous le savez, beaucoup de révélations entourant une vaste coup de filet électronique de l'Agence nationale de sécurité ont récemment mis en lumière par les enregistrements publiés par l'initié intelligence M. Edward Snowden. Au cours des audiences de la commission LIBE encore plus un témoignage de première main a été entendu par les autres anciens initiés NSA concernant l'étendue de la NSA invasion de la vie privée et le manque de contrôle sur leurs méthodes de collecte de données. Leurs déclarations commencent à venir très près à une question que ceux d'entre nous dans la communauté médicale aux Etats-Unis et à l'étranger ont été vivement observent depuis plusieurs années maintenant.
Au cours de la dernière décennie, nous avons assisté à une forte augmentation du nombre de personnes à venir de l'avant avec les plaintes de l'expérimentation non-consensuelle avec des armes électromagnétiques conçus pour cibler à la fois le matériel électronique et le système nerveux central humain. Bien que cela était généralement ignoré la maladie mentale dans le passé, la population mondiale totale exprimer ces plaintes identiques a augmenté de façon exponentielle aux numéros qui ne peuvent plus être attribués à un trouble délirant, la schizophrénie ou de toute autre maladie mentale décrit. Vous pouvez laisser ignorer que les mesures de protection contre l'expérimentation sur le public sans leur consentement aux États-Unis sont très laxistes et sont incluses dans la législation visée à la règle commune, qui est en ce qui concerne la politique fédérale humaine soumet protection. Il est écrit avec plusieurs échappatoires pour l'allocation de l'expérimentation non-consensuelle, principalement par des agences de renseignement. Par conséquent, nous avons vu la nécessité pour les audiences de la Commission de bioéthique aux Etats-Unis après avoir été mis en lumière que les prisonniers guatémaltèques ont été expérimentés sur les contagions par les National Institutes of Health. Au cours des audiences de bioéthique, la directive était de déterminer si une autre expérimentation non-consensuelle était en cours aux États-Unis ou à l'étranger. A chacune des quatre réunions, il a été inclus un forum public pour le comité pour répondre aux préoccupations de la population en général. Plus d'une centaine de personnes ont assisté à chacune des quatre réunions exprimant plaintes d'exposition et d'expérimentation de technologies d'armes électromagnétiques. Les effets de ces technologies sur le corps humain ne peut être décrit comme de la torture.
Il ya quelques années un autre initié Agence de sécurité nationale, John St. Clair Akwei, décrit en détail les fréquences utilisées par la NSA et d'autres agences de renseignement pour accéder et influencer le corps humain et le système nerveux dans son action civile contre la NSA. Ses descriptions des technologies utilisées pour suivre, surveiller et modifier un objet de perception, l'humeur et le contrôle du moteur sont similaires aux plaintes que nous entendons aujourd'hui de victimes alléguant l'expérimentation non-consensuelle et la torture. En outre, Vladimir Poutine, dans un discours en 2012, a admis que la Russie emboîte dans le financement du développement des armes qui attaquent le système nerveux central humain. Son ministre de la Défense, Anatoli Serdioukov, a décrit les armes que les armes dirigées d'énergie, les armes de l'énergie des vagues, des armes génétiques et des armes psychotroniques sur la base de nouveaux principes de physique. De toute évidence, la Russie a l'intention de suivre la même voie de la recherche sur les armes à énergie dirigée que les États-Unis sont depuis longtemps sur. La triste vérité au sujet de ce type de technologie est la facilité avec laquelle il peut être utilisé à distance et sans son consentement sur ​​le public sans les mesures de protection recommandées d'un Institutional Review Board ou toute surveillance éthique appréciable. Aux États-Unis cette recherche se fait généralement dans la clandestinité sous le couvert de la sécurité nationale, comme l'extraction de données électronique de la NSA a été fait qui est actuellement couverts par la commission LIBE.
Au cours de la dernière décennie, j'ai consulté des milliers de personnes aux États-Unis se plaignent d'exposition et d'expérimentation de technologies d'armes électromagnétiques qui comprennent, mais ne sont pas limités à, les plaintes de troubles de l'humeur, des palpitations cardiaques, mouvements involontaires du corps, des maux de tête violents, une vision floue , brûlures à la peau, non-consensuelle micro-écaillage et neurocognitif perturbation. C'est ma conviction, basée sur des documents anciens et actuels publiquement libérés gouvernement recherche ainsi que des victimes de plaintes pour torture, que cette technologie est utilisée d'une manière non consensuelle sur le public global.
Je tiens à exprimer ma plus profonde gratitude pour la rencontre avec notre représentant du Centre international contre l'abus de Covert Technologies et prendre le temps de votre horaire chargé pour entendre ces plaintes et de lire ma lettre. Au nom de l'humanité tout entière, j'espère sincèrement que ces technologies seront éventuellement abordés dans le Sous-comité sur les droits de l'homme du Parlement européen, comme l'utilisation de ces actuellement ne peut être décrit comme de la torture et de déshumanisation.
Merci,
Dr John R. Hall, D.O.
5282 Drive Medical # 200, San Antonio, Texas 78229, États-Unis
tél: 210-614-6432
e-mail: halldr@hotmail.com
http://www.satweapons.com
www.drjohnrhall.com
S'IL VOUS PLAÎT CONTACTEZ-NOUS POUR PLUS D'INFORMATIONS: -
Bien à vous dans la recherche en matière d'ouverture et de respect des droits humains universels
John Finch, 5/8 Kemp St, Thornbury, Vic 3071, Australie, TEL: 0424009627
EMAIL: tijohnfinch @ gmail.com, MCmailteam @ gmail.com
FACEBOOK: http://www.facebook.com/john.finch.16547?ref=profile
FORUM DE GROUPE: http://peacepink.ning.com/profiles/blogs/petition-to-eu-parliament-to-ban-manipulation-of-human-beings
Individuelles ciblées et un membre de LA CAMPAGNE CONTRE LE MONDE ELECTRONIQUE TORTURE, ABUS ET EXPÉRIMENTATION
Cité à partir de: http://peacepink.ning.com/profiles/blogs/non-consensual-experimentation-with-electromagnetic-weapons-1
************************************************** ***********************
PÉTITION À UE au Parlement d'interdire "manipulation de l'homme"
Utilisez votre propre CERVEAU, dire «non» ABUS!
PÉTITION À UE au Parlement d'interdire "la manipulation des ÊTRES HUMAINS" TECHNOLOGIES
Ce que nous sommes est en grande partie défini par notre cerveau. Des mouvements et des règlements des processus corporels simples, à ces représentations complexes comme la mémoire, les sentiments, les émotions, la parole, la cognition, la volonté - chacun de nous est ce que notre cerveau nous fait. Maintenant, imaginez un monde où nos cerveaux peuvent être manipulés. Qui ou quoi serions-nous?
J'appelle les citoyens de l'UE en particulier, et sur ​​toutes les personnes à travers le monde pour soutenir ma pétition au Parlement européen. Il s'agit d'une demande d'enquête par une commission parlementaire conséquences civiles de développement, utiliser et surtout l'abus des soi-disant «nouveaux principes», «manipulation de l'homme", les technologies et les technologies adjacentes basée sur les propriétés électromagnétiques du cerveau humain et corps.
Pourquoi?
Des milliers de personnes auraient ordinaires à travers le monde, principalement aux États-Unis et l'Union européenne ont été désespérément plaignent, du jamais vu. En mai 2011, plus de 300 personnes se sont inscrites pour assister à la Commission américaine de bioéthique, à aucun effet. Probablement beaucoup plus de voix sont nécessaires !!! Les revendications sont noyés dans les campagnes délibérées de discrédit et le ridicule. Gens qui élèvent les questions sont maltraités. Bien qu'il n'existe pas de droits ou la vie privée. Alors que le droit, la morale et l'éthique ne fonctionnent pas. Alors que les appels à une enquête pour les années répondent silence et silence.
Alors que tout le monde et n'importe qui peut potentiellement être affectées.
Comme un ancien employé d'un bureau sous l'autorité d'une politique de sécurité du plus haut rang de l'UE, l'UE, les fonctionnaires, j'ai envoyé la pétition au Parlement de l'UE depuis que j'ai acquis une expérience personnelle étendue de toutes les atrocités et l'inhumanité d'abus de ces technologies dans, avant et après le bureau. J'étais juste une personne ordinaire dont la vie a été fait intrusion dans, à l'improviste, sans aucun scrupule. Il n'y a guère articles de la Charte UE des droits fondamentaux, qui n'ont pas été outrageusement bafouée.
Pourquoi les technologies?
Tout cela est en train de devenir réalité aujourd'hui, avec une vitesse toujours croissante.
Pour illustrer, au printemps 2013 de l'Union européenne et les Etats-Unis ont annoncé milliards-une valeur de projets de cerveau humain, avec le président Obama désignant recherche sur le cerveau comme le grand défi pour le XXIe siècle.
Ce fut le premier effort important pour amener la recherche sur le cerveau non-classifiées en lumière, tout en disant que toutes les technologies sont décennies à venir. Mais dans le contexte militaire, il ya eu un débat depuis des décennies déjà, qui est passé totalement inaperçu du grand public.
Ce débat a été centré autour des notions de «nouveaux principes» technologies, élevés à l'ONU en 1975 et qui est bien traçable par l'UNODA Annuaires.
Maintenant, le 10 Décembre 2013, coïncide avec la Journée des droits de l'homme des «__gVirt_NP_NNS_NNPS<__ nouvelles technologies de principes" de l'ONU ont été mis en place par les Russes:
"Nous savons aussi que la plupart des pays leaders dans le monde sont activement à la modernisation de leurs arsenaux militaires et investir des sommes énormes dans le développement de systèmes d'armes avancés, y compris dans ceux construits avec de nouvelles technologies de production et selon des principes nouveaux." Http: //eng.kremlin. ru / nouvelles / 6395.
Ceci fait suite à l'annonce en 2012 que les technologies seront dans les programmes jusqu'en 2020 http://www.interfax.ru/russia/news/237257, http://www.newsru.com/arch/russia/07aug2013/weapon. html.
En 1999, le Parlement européen sur une présentation par une personne qui a travaillé dans le désarmement de l'ONU pour les années voté pour une résolution qui: "30. demande en particulier une convention internationale pour une interdiction mondiale de toutes les recherches et le développement, qu'il soit militaire ou civil , qui vise à appliquer les connaissances de l'industrie chimique, électrique, ondes sonores ou autres fonctionnement du cerveau humain pour le développement d'armes qui pourraient permettre à toute forme de manipulation de l'homme, y compris l'interdiction de toute utilisation réelle ou potentielle de tels systèmes. "
Mais jusqu'à présent, rien n'a été fait! Aucun des applications aspects civils, tels que les droits humains fondamentaux, la protection juridique, la prévention des abus et de l'expérimentation non-consensuelle, la protection civile, la protection des données à caractère personnel, les aspects de santé publique, les implications éthiques, plus les implications sociétales ont même été mis sur la discussion! Ainsi la pétition, avec l'appel à une résolution sur les aspects civils et pour appeler les Etats membres de l'UE d'interdire les technologies de manipulation de l'homme.
Que pouvez-vous faire?
Agir maintenant!
Juste un clic peut-être pas assez, mais un copier-coller sur le site de https://www.secure.europarl.europa.eu/aboutparliament/en/petition.html de la pétition du Parlement (s'il vous plaît envoyer un bref message à newprinciplestech @ gmail.com pour obtenir une copie de la requête avant de poster sur le site du Parlement) fera une différence!

Cité à partir de: http://peacepink.ning.com/profiles/blogs/petition-to-eu-parliament-to-ban-manipulation-of-human-beings?xg_source=activity

  LETTER FROM DR. JOHN HALL ABOUT NON-CONSENSUAL EXPERIMENTATION WITH ELECTROMAGNETIC WEAPONS & PETITION TO EU PARLIAMENT TO BAN “MANIPULATION OF HUMAN BEINGS”

NON-CONSENSUAL EXPERIMENTATION WITH ELECTROMAGNETIC WEAPONS

Dr. John R. Hall, D.O.
5282 Medical Drive # 200, San Antonio, Texas 78229, USA
tel: 210-614-6432
email: halldr@hotmail.com
http://www.satweapons.com, www.drjohnrhall.com

May 15, 2014

TO WHOM IT MAY CONCERN:

I am writing you on the behalf of victims both in the United States and abroad. As you are aware, many revelations surrounding the National Security Agency’s extensive electronic dragnet have recently come to light through released records by the intelligence insider Mr. Edward Snowden. During the course of the LIBE Committee hearings even more first-hand testimony was heard from other former NSA insiders regarding the extent of NSA privacy invasion and lack of oversight regarding their methods of data collection. Their statements begin to come very close to an issue that those of us in the medical community in the United States and abroad have been keenly watching for several years now.

Over the last decade we have seen a sharp rise in the number of people coming forward with complaints of non-consensual experimentation with electromagnetic weapons designed to target both electronic hardware and the human central nervous system. While this was typically disregarded as mental illness in the past, the total global population voicing these identical complaints has exponentially grown to numbers that can no longer be attributed to delusional disorder, schizophrenia or any other described mental illness. You may be unaware that the safeguards against experimenting on the public without their consent in the United States are very lax and are included in legislation referred to as The Common Rule which is the Federal Policy regarding human subjects protection. It is written with several loopholes for the allowance of non-consensual experimentation, mostly by intelligence agencies. Hence, we have seen the necessity for the Bioethics Commission hearings in the United States after it was brought to light that Guatemalan prisoners were experimented on with contagions by the National Institutes of Health. During the course of the Bioethics Hearings, their directive was to determine if any other non-consensual experimentation was ongoing in the United States or abroad. At each of the four meetings there was included a public forum for the committee to address concerns by the public at large. Over one hundred individuals were in attendance at each of the four meetings voicing complaints of exposure and experimentation with electromagnetic weapons technologies. The effects of these technologies on the human body can only be described as torture.

Several years ago another National Security Agency insider, John St. Clair Akwei, described in detail the frequencies used by the NSA and other intelligence agencies to access and influence the human body and nervous system in his civil action against the NSA. His descriptions of technologies used to track, monitor and alter a subject’s perceptions, moods and motor control are similar to the complaints we are hearing today from victims alleging non-consensual experimentation and torture. Moreover, Vladimir Putin, in a speech in 2012, admitted that Russia is following suit in funding development of weapons that will attack the human central nervous system. His defense minister, Anatoly Serdyukov, described the weapons as directed energy weapons, wave energy weapons, genetic weapons and psychotronic weapons based upon new physics principles. Obviously, Russia intends to go down the same path of directed energy weapons research that the United States has long been on. The unfortunate truth regarding this type of technology is the ease with which it can be used remotely and non-consensually on the public without the recommended safeguards of an Institutional Review Board or any appreciable ethical oversight. In the United States this research is typically done clandestinely under the guise of national security concerns just as the NSA electronic data mining was done which is currently being covered in the LIBE Committee.

Over the last decade I have consulted with thousands of people in the United States complaining of exposure and experimentation with electromagnetic weapons technologies which include, but are not limited to, complaints of mood alteration, heart palpitations, involuntary body movements, severe headaches, blurred vision, burns to the skin, non-consensual micro-chipping and neurocognitive perturbation. It is my belief, based upon former and current publically released government research documents as well as victims complaints of torture, that this technology is being used in a non-consensual manner on the global public.

I would like to express my deepest gratitude to you for meeting with our representative from the International Center Against Abuse of Covert Technologies and taking the time out of your busy schedule to hear these complaints and read my letter. On behalf of the whole of humanity, I sincerely hope that these technologies will eventually be addressed in the Subcommittee on Human Rights of the European Parliament, as the use of these currently can only be described as torture and dehumanizing.

Thank You,

Dr. John R. Hall, D.O.
5282 Medical Drive # 200, San Antonio, Texas 78229, USA
tel: 210-614-6432
email: halldr@hotmail.com
http://www.satweapons.com
www.drjohnrhall.com

PLEASE CONTACT US FOR FURTHER INFORMATION:-
Yours in the search for openness and respect for universal human rights
John Finch, 5/8 Kemp St, Thornbury, Vic 3071, Australia, TEL: 0424009627
EMAIL: tijohnfinch@gmail.com,MCmailteam@gmail.com
FACEBOOK: http://www.facebook.com/john.finch.16547?ref=profile
GROUP FORUM: http://peacepink.ning.com/profiles/blogs/petition-to-eu-parliament-to-ban-manipulation-of-human-beings

TARGETED INDIVIDUAL and a member of THE WORLDWIDE CAMPAIGN AGAINST ELECTRONIC TORTURE, ABUSE AND EXPERIMENTATION

Cited From:  http://peacepink.ning.com/profiles/blogs/non-consensual-experimentation-with-electromagnetic-weapons-1

*************************************************************************

PETITION TO EU PARLIAMENT TO BAN “MANIPULATION OF HUMAN BEINGS”

USE YOUR OWN BRAIN, SAY “NO” TO ABUSES!

PETITION TO EU PARLIAMENT TO BAN “MANIPULATION OF HUMAN BEINGS” TECHNOLOGIES

What we are is to a great extent defined by our brain. From the simplest movements and regulations of the bodily processes, to such complex representations as memory, feelings, emotions, speech, cognition, will – each and every one of us is what our brain makes us. Now imagine a world where our brains can be manipulated. Who or what would we be?
I am calling on EU citizens in particular and on all people worldwide to support my petition to the European Parliament. This is a request to investigate through a parliamentary committee civilian implications of development, use and especially abuse of the so-called “new principles”, “manipulation of human beings” technologies, and adjacent technologies based on the electromagnetic properties of the human brain and body.

Why?

Allegedly thousands of ordinary people worldwide, mostly in the US and the EU have been desperately complaining, unheard. In May 2011 over 300 people subscribed to witness with the US Bioethics Commission, to no effect. Probably many more voices are needed!!! The claims are drowned in deliberate campaigns of discreditation and ridicule. People raising the issues are abused. While there are no rights or privacy. While law, morals and ethics do not work. While appeals for investigation for years meet silence and silencing.

While anyone and anybody can potentially be affected.

As a former EU employee of an office under the authority of one of the highest-ranking EU, security policy, officials, I have sent the petition to the EU Parliament since I have gained an extensive personal experience of all the atrocities and inhumanness of abuse of such technologies in, before and after the office. I was just an ordinary person whose life was intruded into, unawares, without any scruples. There are hardly articles in the EU Charter of Fundamental Human Rights, which were not outrageously trampled upon.

Why the technologies?

All this is becoming reality nowadays, with an ever-increasing speed.
To exemplify, in spring 2013 the EU and the US have announced billions-worth Human brain projects, with President Obama designating brain research as the grand challenge for the XXI century.
This was the first significant effort to bring the non-classified brain research into light, while saying that all the technologies are decades ahead. But in the military context there has been a debate for decades already, which has gone totally unnoticed by the general public.

This debate was centered around the notions of ‘new principles’ technologies, brought up in the UN in 1975 and which is well traceable through the UNODA Yearbooks.
Now, 10 December 2013, coinciding with the UN Day of Human Rights the “new principles technologies” were brought up by the Russians:
“We also know that most of the world’s leading countries are actively upgrading their military arsenals and investing huge sums in developing advanced weapons systems, including in those built with new generation technologies and according to new principles.” http://eng.kremlin.ru/news/6395.

This followed the announcement in 2012 that the technologies will be in the programs till 2020 http://www.interfax.ru/russia/news/237257, http://www.newsru.com/arch/russia/07aug2013/weapon.html.
In 1999 the EU Parliament upon a presentation by a person who has worked in the UN disarmament for years voted for a Resolution which: ” 30. Calls in particular for an international convention for a global ban on all research and development, whether military or civilian, which seeks to apply knowledge of the chemical, electrical, sound vibration or other functioning of the human brain to the development of weapons which might enable any form of manipulation of human beings, including a ban on any actual or possible deployment of such systems.”

But up till now nothing has been done!  None of the civilian applications aspects, such as fundamental human rights, legal protection, prevention of abuses and non-consensual experimentation, civilian protection, personal data protection, public health aspects, ethical implications, greater societal implications have even been put onto discussion! Thus the Petition, with the appeal for a resolution regarding the civilian aspects and for call on the EU member states to ban the technologies of manipulation of human beings.

What can you do?

Act now!

Just a click may not be enough, but a copy-paste at the Parliament’s site https://www.secure.europarl.europa.eu/aboutparliament/en/petition.html of the petition (please send a brief post to newprinciplestech@gmail.com to get a copy of the Petition before posting at Parliament’s site) will make a difference!

Cited From:  http://peacepink.ning.com/profiles/blogs/petition-to-eu-parliament-to-ban-manipulation-of-human-beings?xg_source=activity

Map